Menu

HORAIRES LE BULLETIN AGENDA VESTI ST-MAX' AIDER
Les derniers articles...

EDITO : Journée de la vie consacrée

https://www.saintmaximeantony.org/2019/02/edito-journee-de-la-vie-consacree.html

À l’initiative de Jean-Paul II en 1997, le 2 février, fête de la Présentation de Jésus au temple, est devenue la journée de la vie consacrée. Belle occasion pour nous tous de remercier Dieu pour ces femmes et ces hommes qu’il a appelés à vivre en chrétiens selon les conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, en témoins du Royaume et au service de la mission de l’Église. Occasion pour chacun de prier pour les religieuses et religieux qui ont marqué sa vie (par exemple, les Marianistes de Sainte-Marie) ; occasion enfin de demander au Seigneur de continuer à appeler à cet état de vie, ce qui implique pour les familles chrétiennes de dire oui à Dieu s’il appelle une fille, un fils parmi leurs enfants… et de les accompagner vers telle ou telle communauté religieuse, contemplative ou apostolique... 

L’Évangile du 2 février montre en exemple Marie et Joseph présentant à Dieu leur fils Jésus, dont toute la vie sera un don de soi, jusqu’au sacrifice de la Croix, acte suprême de son amour pour nous. Au temple c’est aussi la rencontre des jeunes parents avec Siméon et Anne, de la génération précédente, qui incarnent la tradition. « Entrer » dans la vie religieuse c’est aussi entrer dans la tradition d’une famille religieuse qui a son histoire, sa mission et ses valeurs propres. 

Cette année, à Antony, cette fête prend un relief particulier : le dimanche 3 février, le Frère Jean-Eddy Pierre, Marianiste d’origine haïtienne, fait profession définitive dans la chapelle Sainte-Marie, en l’année du cinquantenaire de l’Institution. Rendre grâce pour la vocation du Frère et pour la mission des religieux au service de l’éducation ; prier pour de nouvelles vocations marianistes, inviter les jeunes de nos familles à écouter dans leur cœur si le Seigneur ne les appellerait pas… : autant d’intentions pour ces 2 et 3 février. 

Père Robert Witwicki.